Profession(s) : urbaniste(s)

Maître à penser la ville, ni architecte ni concepteur, l'urbaniste assure un rôle d'analyste de la ville ou/ ainsi que de coordonnateur des projets de territoire. Avant d'aller plus loin dans l'exploration du métier, ou plutôt des métiers d'urbaniste(s) et de leurs évolutions. L'idée c'est de dresser, par ce 1er article, le portrait d'une profession à plusieurs facettes. Professions : urbanistes. Mauricio macri con el urbanista ares kalandises en berlin 6964170474 - foto gcba wikimedia commons

Urbaquoi ?

Un urbaniste, c'est quoi ? Aux côtés des élus des collectivités, des décideurs publics, l'urbaniste, ce professionnel de l'urbain, joue un rôle de conseil et coordonne les forces pour ériger de nouveaux quartiers ou réhabiliter des pans anciens, dégradés de la ville, ou tout simplement réaliser les analyses préalables à l'édification d'un projet urbain ou de territoire.

Le métier d'urbaniste, ou tout autre métier lié à l'aménagement du territoire, consiste - de manière globale et synthétique, et bien que les modes d'exercice soient très éclectiques - à réaliser les études de territoire, de faisabilité ou de programmation liés à un territoire donné. L'urbaniste peut ainsi travailler dans le cadre du montage d'un projet, de la rédaction d'un document de planification local (PLU, SCOT,...) ou du pilotage d'un programme d'aménagement opérationnel.

A ces mots, l'Onisep n'aurait pas dit mieux... On continue ?

 

Où et comment devenir urbaniste ?

Un master, c'est le niveau de diplôme couramment attendu d'un urbaniste. Comme écrit plus haut, les études d'urbanisme se passent le plus souvent à l'université ou en institut d'urbanisme. L'Onisep (tiens, encore eux...) donne les types de diplômes existants en urbanisme, du DUT carrières sociales option gestion urbaine, majoritairement dédié aux acteurs du logement et de l'action sociale, au master – le « graal » si l'on peut dire, en passant par les licences en sciences humaines qui permettent justement, d'accéder à ce tant attendu master. Le CNJU (Conseil National des Jeunes Urbanistes) dresse le panorama des masters en aménagement du territoire et urbanisme. Parmi ces derniers, les plus reconnus de la profession sont unanimement certifiés par l'APERAU (Association pour la Promotion de l'Enseignement et de la Recherche en Aménagement et Urbanisme). Même si une année de spécialisation pour les architectes, en tant qu'architecte-urbaniste, est également envisageable à l'issue de leur diplôme – dans ce cas, les architectes après 5 ans d'études entament une 6ème année d'études pour acquérir le titre d' « architecte-urbaniste ».

 

Urbaniste, un large prisme de métiers

20 000 urbanistes exerceraient en France. Le diplôme en poche, l'urbaniste entame et poursuivra sa belle et prometteuse carrière dans le public et/ou le para-public et/ou le privé. Avec des passerelles possibles entre les deux. Côté répartition, c'est bien divisé : 39% dans le privé, 39% dans le public, 22% dans le parapublic, selon la troisième enquête sur l'insertion professionnelle des diplômés en urbanisme réalisée par le CNJU et l'APERAU, sur la base de 1111 réponses.

D'après la même enquête, près de 70% des diplômés d'urbanisme trouvent un emploi dans les trois mois dont 50% en CDD (deux tiers de ces CDD sont néanmoins signés pour une durée inférieure à un an). Le salaire médian auprès de ces jeunes diplômés ? 1750€ net, les mieux payés étant les urbanistes des établissements publics d'aménagement, des organisations parapubliques et de celles déconcentrées de l'État.

La palette d'expertise de l'urbaniste pouvant être large, de l'urbanisme à l'environnement en passant par le développement local ou l'aménagement de quartiers ou d'infrastructures, il est tout à fait possible de se spécialiser en cours de route dans l'un ou l'autre domaine connexe... Urbaniste, ce n'est ainsi pas qu'une réalité de métier, c'est toute une palette.

métier urbaniste métier urbaniste urbaniste onisep